Bornage de la réserve naturelle de La Désirade

Sur Désirade, l’équipe des réserves naturelles a débuté l’année par un balisage total de la limite de la réserve à l’aide de piquets blancs.

Piquets blancs matérialisant la limite de la réserve naturelle

Le bornage de la Forêt Domaniale du Littoral (FDL) date de 1999. Le périmètre de la réserve naturelle étant calqué sur une partie de celui de la FDL, son bornage date donc lui aussi de 1999. En 2013, les bornes avaient déjà été matérialisées par des petits piquets blancs. Avec les intempéries, plusieurs bornes et piquets avaient ainsi disparu. Ce nouveau travail de bornage était donc nécessaire.

Ayant à notre disposition les données gps de l’ensemble des bornes, chacune d’entre elles a été localisée sur le terrain et matérialisée par un piquet blanc ou gris (plus grands et gros que les précédents) afin que les limites de la réserve soient visibles et donc repérables.

Il existe en tout 192 bornes et ce sont plus de 100 piquets qui ont été posés et peints. Ceux en bon état n’ont pas été changés.

Pose d’un piquet de bornage

Pour rappel, la réserve naturelle de Désirade a une superficie de 62 ha. Plus d’informations via l’onglet « Réserve » : https://reservesdesiradepetiteterre.com/les-reserves-de-la-desirade/reserve-a-caractere-geologique/

LTOM réalise un reportage sur Petite Terre

L’émission « Les Témoins d’Outre-Mer » est cette fois passé à Petite Terre afin de réaliser un reportage sur notre réserve naturelle. C’est cette fois en compagnie d’Alain que le reportage a été réalisé. Nous vous laissons consulter la vidéo depuis la page facebook de l’émission.

Guadeloupe : La réserve naturelle de Petite-terre

La réserve naturelle de Petite-terre s’étend sur près de 148 hectares et accueille une espèce très rare d’iguane, l’iguane délicatissima (aussi appelé iguane antillais). Un tier de cette espèce se trouve dans cette réserve. Alain Saint-Auret est le gardien de ce sanctuaire. Son objectif ➡ Préserver la biodiversité de cette île.

Publiée par LTOM sur Mardi 28 janvier 2020

Le lien peut être copié/collé dans la barre de recherche de votre navigateur : https://www.facebook.com/LTOMoff/videos/325867205040777/

« Les Témoins D’Outre-Mer » sur la réserve naturelle de La Désirade

L’émission « Les Témoins d’Outre-Mer » a réalisé un joli reportage sur la réserve naturelle de Désirade en présence de Jean-Claude et Julien. Nous vous laissons consulter la vidéo depuis la page facebook de l’émission : https://www.facebook.com/LTOMoff/videos/431522720772243/

(Lien à copier/coller dans votre barre de recherche)

Limitation de la population de rats – Mission du 11 au 14 novembre 2019

L’équipe des réserves naturelles a réalisé sa troisième et dernière mission piégeage rats de l’année. Comme pour la session précédente (voir article du 18 juillet 2019), l’équipe des réserves naturelles a disposé les 91 pièges le long du muret abritant les scinques. Un piège est déployé tous les 5 mètres :

  • Une pose à 17h pour un relevé à 21h
  • Une pose à 21h pour un relevé à 7h

Entre 7h et 17h les pièges sont désarmés car les rats ne sortent pas lors des grosses chaleurs, au contraire des bernard-l’ermite, qui risqueraient de se faire piéger et mourir. Cela va aussi pour les autres animaux comme l’iguane même si la quasi-totalité des captures non voulues sont les bernard-l’ermite.

Laura met la main à la « patte » pour récupérer de l’ADN et Cyrielle réappâtera le piège ensuite

La mission piégeage a débuté le lundi 11 novembre à 17h pour se terminer le jeudi 14 novembre à 7h. 17 rats ont été capturés et tués. Le total le plus bas de l’année. Difficile pour le moment, de savoir si les efforts fournis par les équipes des réserves payent avec une baisse du nombre de rats autour du muret, ou si les rats s’habituent à ces missions piégeages. Toujours est-il que le nombre de captures diminuent de mission en mission.

17 rats capturés en novembre 2019
10 rats le premier jour, 2 le second et 5 le troisième jour pour la session de novembre 2019

Rappelons l’intérêt de ces missions. Le muret où les pièges sont installés abrite la population de Scinque. Un lézard devenu rare et endémique de Petite Terre. Unique en son genre car différent de celui de La Désirade. Son nom est le Mabuya parviterrae. Le rat est son principal prédateur et la population de ce dernier prolifère à grande vitesse. Sans action de la part de l’équipe de la réserve, la survie du Scinque de Petite Terre devient difficile.

Le scinque difficilement observable, a été aperçu durant la mission

La prochaine mission aura lieu en mars 2020. 6 sessions ont été réalisées en moins de 3 ans.

À la fin de la mission, il faut ramener l’ensemble des pièges à la kaz et … ce n’est pas une tâche facile !

L’association Titè présent à la semaine de l’environnement

Corine, Julien et Jean-Michel sur le stand de l’association Titè

Un stand des réserves naturelles de Désirade et Petite Terre, porté par l’association Titè, a été dressé pour la semaine de l’environnement le 7, 8 et 9 novembre à Destreland. Julien notre garde-animateur, accompagné d’écovolontaires, ont pu renseigner le public sur les missions et le rôle des réserves naturelles. Des livrets pédagogiques de dessins et de jeux à destination des enfants ont été distribués. Cela permet aux plus jeunes d’apprendre de manière ludique. Les adultes eux, ont pu s’ils le souhaitaient prendre des renseignements sur les missions d’écovolontariat que propose l’association Tité.

Pour rappel les informations sur le bénévolat sont disponibles sur notre page internet : https://reservesdesiradepetiteterre.com/ecovolontariat/

Des contacts ont aussi été pris avec différentes structures, et notamment les écoles, pour d’éventuelles animations qui pourraient être organisées par la suite.

Nous remercions, Corine, Jean-Michel, Nava, Claudie et Nicolas, nos écovolontaires présents lors de l’événement, de s’être rendus disponibles et d’avoir apporté leur aide.

Le stand de l’ONF, second gestionnaire des réserves naturelles, était juste à côté de celui de l’association Titè

Journée régionale de nettoyage des plages et des fonds marins

L’école de la mer de Guadeloupe organisait la 14e édition de la Journée régionale de nettoyage des plages et fonds marins. Les équipes des réserves naturelles n’ont pas manqué d’apporter leur aide à cette action éco-citoyenne qui a pour objectif de ramasser le plus de déchets possibles sur les plages et sous l’eau. À La Désirade comme à Petite Terre, durant le week-end du 12 et 13 octobre, nos deux équipes ont collecté et jeté en déchetterie une quantité importante de déchets.

Direction la déchetterie pour les poubelles de La Désirade
Les déchets de Petite Terre ont été ramenés en Guadeloupe à la fin de la mission

Sur La Désirade, l’équipe était composée de Ruddy et Christophe nos deux écovolontaires, Joël un de nos quatre gardes de réserve et Rémi notre chargé de mission ONF. Ce sont 15 sacs poubelles (dont 7 de 100L et le reste de 50L) de déchets qui ont été ramassés sur les 2 jours. La grande majorité des déchets sont des rejets de la mer et par conséquent du matériel de pêche. Certains objets sont voyageurs comme une bouteille en plastique du Maghreb ou une conserve de Grèce retrouvées sur nos plages désiradiennes. Plusieurs objets n’ont pas pu être ramassés faute de moyen, notamment des casiers de pêche ou des cordes coincés sous les enrochements. Leurs emplacements ont été notés afin de procéder plus tard à leur enlèvement.

Joël, Christophe et Ruddy après le ramassage du samedi
Le dimanche, les déchets sur Désirade ont été plus nombreux que le samedi

Sur Petite Terre, les déchets ont été moins nombreux. Notamment parce qu’un entretien plus régulier des plages est effectué. C’est tout de même 4 sacs poubelles de 50L et un filet de chalut qui ont été collectés. Monique et Yoan les deux écovolontaires ont accompagné Jean-Claude notre garde de réserve pour former l’équipe de Petite Terre.

Yoan, Jean-Claude et Monique (à la photo) se sont occupés du littoral de Petite Terre

Les deux groupes ont été efficaces dans leur travail qui s’est déroulé dans la joie et la bonne humeur malgré la forte chaleur et les kilomètres de littoral parcourus.

Pas toujours évident de transporter les déchets en contre bas des criques de Désirade

L’équipe rappelle aux personnes fréquentant les deux réserves naturelles qu’il est de leur devoir de respecter ces sites en veillant à ne laisser aucun déchet derrière leur passage.