• ÎLE DE LA DÉSIRADE

Association Ti Tè
ONF

L’archipel de la Guadeloupe appartient aux Petites Antilles qui forment l’arc oriental de la région Caraïbe. La Guadeloupe est située au milieu de l’arc par 16° de latitude Nord et 61° de longitude Ouest, soit à une centaine de kilomètres de la Martinique, à 600 km du Vénézuela, à un peu plus de 2000 km de la Floride et à 6700 km de la France hexagonale. Elle est bordée par l’Atlantique tropical et la mer des Caraïbes. La France dispose avec la Guadeloupe d’une zone économique exclusive de 100 000 km². Cette région mono-départementale ayant un statut de département d’Outre-mer depuis 1946 est composée de deux îles : la Basse Terre et la Grande Terre séparées par un étroit bras de mer naturel, ainsi que de plusieurs dépendances dont Marie Galante, les Saintes et la Désirade.

L’île de la Désirade est située par 16°19 de latitude Nord et 61°03,5’ de longitude Ouest (référentiel de la carte SHOM 7208 S), à 9,5 km au large de la pointe des châteaux. Vigie de la Guadeloupe selon G.Lasserre, la Désirade étire sa configuration rectangulaire de l’WSW vers l’ENE, suivant un axe orienté N°63 E sur 11,5 km pour une largeur moyenne de 2km.
D’une superficie de 22km², étirant sa configuration rectangulaire sur 11.5km pour une largeur moyenne de 2km, cette ile de pécheurs et d’agriculteurs présente, à son extrémité Est, un large éventail de roches et de phénomènes géologiques, lointains échos matériels de l’origine de la plaque tectonique caraïbe ou traces récentes des oscillations du niveau marin et du phénomène de surrection de l’ile.

LOCALISATION DE LA DÉSIRADE AU SEIN DES ÎLES DE LA CARAÏBE ET DANS L’ARCHIPEL GUADELOUPÉEN

PATRIMOINE HISTORIQUE

Commune de La Désirade

La Désirade fût abordée en 1493 par Christophe Colomb lors de son second voyage aux Amériques. Après une longue et pénible traversée de l’Atlantique, la première île qui apparue fut tant désirée par les marins qu’ils l’appelèrent Deseada, « la désirée », d’où le nom de Désirade. Au début du XIIIème siècle, les Antilles Françaises furent touchées par la lèpre, le seul remède consistait à isoler les malades. La Désirade, peu peuplée à l’époque et située à l’extrême est de l’archipel guadeloupéen, devint l’île « maudite » vers laquelle on orientait tout homme atteint de ce mal. Trente ans après l’arrivée des lépreux de la Colonie, les « mauvais sujets » furent exportés à la Désirade sur l’ordonnance du 15 juillet 1763 signée par Louis XV. Ce sont de jeunes gens « tombés dans des cas de dérangement de conduite capables d’exposer l’honneur et la tranquillité des familles » selon les termes de l’ordonnance elle-même. En 1829, la Désirade fut attachée à l’arrondissement de Pointe-à-Pitre par ordonnance royale. Il en ressort que les liens qui attachent le peuple à l’histoire particulière de cette terre favorisent une certaine solidarité entre les désiradiens.

ATOUTS DU DÉVELOPPEMENT ÉCOTOURISTIQUE DE L’ÎLE

À l’échelle de la Désirable, cette réserve naturelle à caractère géologique est un véritable atout de développement socio-économique et s’inscrit dans la continuité du développement écotouristique soutenu par la municipalité.

La réserve de Petite Terre a une importance socio-économique car elle est soumise à une fréquentation touristique élevée tout au long de l’année avec des pics de fréquentation en période haute. Notez bien que seule Terre de Bas peut être visitée.